Voyage à la mer en cyclo-remorque-camping

Il y a de ça quelques mois, Sabine mon épouse m'avait glissé dans l'oreille que je pourrais si je le voulais partir avec ma fille Léane à vélo. Depuis ce jour l'idée me trottait continuellement dans la tête. La destination serait evidente, la mer. Depuis qu'elle est petite Léane adore la mer, c'est décidé nous irons tous les deux. Il me restait à trouver une remorque, j'ai beaucoup surfé pour me renseigner, les prix sont assez élevés et je ne sais pas si Léane sera conquise par cette forme de voyage, je ne voudrais pas investir pour rien. J'écris donc un message sur mon forum, Louis-Marie me propose de me prêter la sienne en plus il n'habite pas très loin, super !!
Je prépare l'itinéraire en passant un maximum par de petites routes, nous ferons deux étapes de 50 kilomètres environ pour atteindre Esnandes au-dessus de La Rochelle. Léane est très excitée par ce voyage, pour elle c'est le bout du monde, pour moi c'est un rêve.

Dimanche 25 juillet

Ca y est ! C'est le grand départ pour la mer. Léane a de grosses larmes au moment de laisser sa maman à la maison. Nous partons à 10H, le temps est gris. Léane s'est remise de ses émotions, elle est très contente de prendre la route, papa aussi !
De nombreux arrêts pipi sont l'occasion de nous dégourdir les jambes et de s'amuser aussi. Comme sur le grand tas de graviers que Léane a voulu gravir sans pouvoir en redescendre seule, quel cirque pour aller la rechercher, les automobilistes ont du se demander ce que nous foutions là...
A midi pause casse-croûte, la moitier du chemin est fait, Léane commence à trouver le temps long. L'après-midi nous empreintons de petits chemins caillouteux, je fais confiance au GPS. Beaucoup de nuages, j'espère arriver avant la pluie.
A 15H nous sommes à Coulon, recherche du camping et installation de notre premier campement. Finalement Léane a bien supporté cette première étape, je suis très fier de ma grande fille. Je la pensais fatiguée mais non, elle joue toute le fin de journée dans le parc.

Lundi 26 juillet

La première nuit c'est super bien passée. Un peu de bruit en début de soirée mais Léane a vite trouvé le sommeil, il faut dire qu'elle n'avait pas fait de sieste. Nous sommes debout à 7H30, après un gros calin nous appelons maman pour la rassurer sur la nuit passée. Petit dèj et hop nous rechargeons la remorque, tout reloge OUF !
Nous faisons quelques kilomètres au coeur du Marais Poitevin par de petits chemins de terre. C'est fantastique de calme, de beauté, un vrai régal qui donne à cette étape un gout particulièrement agréable. Tout à coup je redescends de mon nuage ! " Papa j'ai envie de faire caca ! T'es sûr ? Oui oui ! Tout de suite ? Non à la maison ! " Les pipis ça je gère mais les cacas... ! Bon une couche c'est le plus simple sauf qu'ils faut les retrouver dans les saccoches. Pas facile pour les filles de faire leurs petites affaires !
Le temps est superbe, un peu de vent de face, les kilomètres défilent plus vite qu'hier. Un tracteur en paille nous intrigue, nous faisons une halte, il est joli ça vaut le coup d'oeil. A la pause casse-croûte il ne reste plus que 12 kilomètres à parcourir. Nous rencontrons un hollandais avec un VTT bien chargé lui aussi. Il m'explique qu'il rallie Amsterdam au Pays Basque. Mon anglais est plus que minable, dommage je ne peux pas trop dialoguer avec lui, il file en nous lançant un "have fun".
Nous arrivons au camping en avance, pour ne pas cuire comme des glands nous allons voir la mer sans attendre. La pointe Saint-Clément n'est qu'à un gros kilomètre, c'est marée basse mais ce n'est pas grave. Je vois le grand sourire de Léane, elle ne dit rien, elle profite de ce moment tant attendu, je suis heureux pour elle... Nous l'avons fait ensemble c'est magique, elle me regarde avec ses grands yeux pétillants où je peux lire sa joie d'être là, je suis très ému.
Retour au camping, l'après-midi sera consacré à la piscine, encore une première (et oui il y a beaucoup de première en ce début de voyage) ! Au début elle avait très peur, je la rassure et lui fais prendre confiance en elle. On tape des mains puis des pieds, elle commence a s'amuser. Elle observe aussi les autres enfants qui sautent depuis le bord, elle aussi veut le faire ! Ni une ni deux la voilà à me sauter dessus, elle n'a plus du tout peur c'est super !
Ce soir nous pique-niquons au bord de la mer, le vent souffle très fort "c'est la tempête ! " me dit Léane, nous finissons la journée avec un superbe coucher de soleil.

Mardi 27 juillet

La nuit fût bonne, levé 8H. Ce matin nous allons longer les falaises jusqu'à La Rochelle histoire de reconnaitre la route menant aux plages de l'Ile de Ré. Je devrais dire la piste car le long de la falaise est quasi entièrement aménagé pour les piétons et les vélos, c'est vraiment très chouette. Nous en prenons plein les yeux. Nous ne ferons que cette balade aujourd'hui, je voudrais que Léane fasse une sieste et se repose un peu. Nous ferons de nouveau un pique-nique au bord de la mer. Léane me dit souvent "on est loin de Ménigoute, on est à la mer", je la sens très heureuse.
Bon pour la sieste c'est rapé, il fait chaud sous la tente, nous sommes pourtant à l'ombre. Allez zou à la piscine, c'est mieux. Nous décidons ensuite d'aller visiter Esnandes. Il n'y a rien, je suis très déçu ! Nous croisons un groupe de cyclistes, Léane me dit " regarde papa ils sont sortis de la télé (en référence au Tour de France) ", je suis plié de rire !
Ce soir Moules-Frites, nous avons réservé au snack du camping. Les portions sont énormes, les moules excellentissime, très bonne soirée.

Mercredi 28 juillet

Ce matin est consacré aux courses, il faut prévoir pour trois jours et au vu des prix pratiqués au COOP d'Esnandes il vaut mieux aller dans un hypermarché. Le GPS nous conduit dans une zone commercialle de La Rochelle. C'est l'enfer pour moi en temps normal mais en remorque c'est puissance 10 !! Les emplettes réalisées nous fuyons sur le grand braquet !
A midi, comme d'habitude, pique-nique face à la mer sur notre spot (et oui je parle comme un djeuns surfer) préféré à la pointe Saint-Clément.
Très petite sieste, cette fois c'est papa qui en a besoin, pas Léane (d'où la très petite sieste !). Après-midi piscine et traditionnel envoi de cartes postales. Le vent souffle fort et le ciel est très nuageux, irons-nous manger, à la mer ? Finalement oui, nous avons trouvé un endroit presque totalement abrité.

Jeudi 29 juillet

Un temps super gris ce matin, j'hésite à aller à la plage. Coup de téléphone à mon épouse, elle me dit qu'il n'y a pas de pluie prévu. C'est donc parti pour l'Ile de Ré. Nous repassons par la piste cyclable reconnue l'autre jour et filons sur le pont qui le relie le continent à l'ile. Nous stoppons à la première plage ! Léane est folle de joie, moi aussi. Pas un rat, la plage nous appartient. Je ne résiste pas à prévenir Sabine et lui faire partager ce moment à distance.
Course poursuite, baignade, bataille de sable, château de sable, c'est l'ambiance de la matinée avec de bonnes parties de rigolade !! Nous mangeons sur la plage, quel pied !
Le soleil cogne, nous quittons la plage direction Rivedoux toujours par la piste cyclable. D'Esnandes à Rivedoux nous aurons longé tout le littoral par des pistes, a part quelques portions de très petites routes. Il faut quand même être monté gros (je parle de la section des pneus lol), en VTT pas de problème mais en course c'est limite...
C'est l'heure de revenir sur nos pas, Léane semble fatiguée. Mais en bonne pipelette elle commente tout ce qu'elle voit, c'est très plaisant. Après plusieurs kilomètres ma radio sur couettes n'émet plus, je me retourne, Léane dort. C'est la première fois qu'elle s'endort dans la remorque, elle est HS. Nous ne nous sommes pas ménagé aujourd'hui.
Nous arrivons au camping, Léane se réveille et me dit " on va à la piscine ? ", moi qui voulait me poser un peu... Va pour la piscine et quelques courses pour le diner, nous passons au snack (Léane prononce "se nack", ça me fait rire) pour manger un bon Magnum White ! Ce soir dernier pique-nique au bord de la mer, ça passe vite...

Vendredi 30 juillet

Très mauvaise nouvelle ce matin, mon épouse m'annonce qu'elle a fait un malaise dans la nuit et qu'elle a du passer la nuit à l'hôpital ! J'ai un gros coup de blues, je n'en parle pas à Léane bien sûr...
Nous allons de nouveau à la plage, la même qu'hier. Le temps est superbe mais je n'en profite pas vraiment, je suis ailleurs, je pense à Sabine. Vivement que j'ai des nouvelles après les analyses ! Nous sommes déjà rendu sur l'Ile de Ré, je n'ai rien vu.
Léane est toujours aussi heureuse sur la plage, nous jouons et rigolons beaucoup. Le soleil est vif, à 13H nous repartons, j'ai peur que Léane crame avec cette chaleur. Je n'arrive toujours pas à joindre ma femme ! Le retour est très tranquille, je veux que Léane profite le plus possible de cette dernière journée à la mer. Vers 15H j'ai enfin Sabine au bout du fil, elle est rentrée à la maison, les analyses n'ont rien révélées. Elle est fatiguée, je suis content de l'entendre... La remorque fait un bruit étrange, je m'arrête et je vois qu'une vis est tombée ! Nous recherchons des bout de cordages dans les galets. Je fais une réparation de fortune, il faudra que ça tienne deux jours.
De retour au camping, il faut règler le séjour et réserver les Moules-Frites, elles sont tellement bonnes qu'il serait dommage de ne pas en déguster une nouvelle fois.

Samedi 31 juillet

C'est l'heure du départ, Sabine n'est pas encore au top de sa forme, j'hésite à rentrer d'une seule traite et puis non ça fera trop d'un coup pour Léane, 50 kilomètres c'est déjà long.
Léane n'est pas très bavarde ce matin, moi non plus. C'est un mélange de tristesse et aussi de joie d'être sur le chemin de la maison, pendant la semaine Léane m'a souvent dit " maman elle nous manque tellement beaucoup...". J'aimerais bien être dans sa tête pour savoir ce qu'elle pense, et puis non c'est son jardin secret !! Je mets la radio, ça roule tout seul. Si ça continue nous serons bien en avance au camping, nous faisons une super pause en plein coeur du Marais Poitevin, sur les petites routes que j'ai tant apprécié à l'aller. C'est superbe nous profitons de cet instant hors du temps.
Nous sommes au camping, installation et visite de Coulon. Il y a un petit train qui sillonne le Marais, nous prenons nos billets et en route pour l'aventure ! 1H00 de balade au rythme du train, extra, encore une première pour Léane qui ne sait plus ou donner de la tête. De retour au camping Léane retrouve son terrain de jeux, elle jouera encore toute la soirée. Demain c'est la der des ders...

Dimanche 1er août

Au moment de plier une dernière fois la toile de tente, une averse nous tombe dessus. Léane monte dans la remorque et je déroule la capote de la remorque pour la première fois ! Je me dépèche de tout plier et installer sur le vélo. La pluie cesse au moment ou j'ai terminé, j'espère ne pas rouler sous la flotte aujourd'hui ce serait bien dommage.
Direction la maison, le profil est assez valonné. A l'aller j'avais pris une descente assez raide et je m'étais fait la réflexion qu'elle serait difficile à monter !! Pour la première fois (et oui pour moi aussi il y a des premières) je passe la chaîne sur le troisième plateau (22 dents !!), c'est rude je pédale comme je peux, heureusement qu'elle n'est pas trop longue... Au détour d'un petit chemin nous voyons des moutons échappés de leur enclos, Léane veut les voir de près, sitôt descendu elle leur court après (elle n'a peur de rien).
Je demande à Léane si elle préfère pique-niquer ou manger à la maison, "pique-nique" me dit-elle. Nous sommes à 15 kilomètres de la maison à Clavé, nous faisons donc une pause. Dernier casse-croûte "à l'arrache" au bord de la route. Nous reprenons la route, 1H00 après nous sommes à la maison, maman nous attend et c'est les retrouvailles... Nous sommes tous très heureux de nous revoir.

Petit bilan kilomètrique : Léane aura parcouru 377 kilomètres, c'est super à trois ans et demi !

~

Je suis fier et heureux d'avoir offert cette aventure à ma fille. J'espère qu'elle en gardera un excellent souvenir. Bien sûr elle ne souviendra pas de tout. Si il lui reste plus tard des images, des odeurs, des sensations qui lui rappelerons ces vacances avec son papa, ce sera le principal. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, notre voyage restera un moment fantastique !

~

Comme tout ce qui compte dans la vie, un beau voyage est une oeuvre d'art.
[André Suarès]