Tour de France 1993

J'avais décidé de "me faire" un tour de France à vélo après mes études. J'ai toujours eu en moi ce petit je ne sais quoi qui me pousse à m'évader. Pourquoi en vélo ? Je pense que j'ai tout simplement ça dans le sang.

Pendant plusieurs mois j'ai tracé et retracé mes étapes en rêvant devant mes cartes. J'avais dans l'idée de passer au plus proche des frontières ( sans savoir à l'époque qu'il existait le tour de France de L'US Métro ). L'itinéraire achevé, cela me ferait partir deux bon mois, à raison de 100 kilométres par jour et un jour de repos par semaine, je m'en sens capable. Je peaufine mes préparatifs en achetant tout le nécessaire à "l'expédition". Je dispose d'un vélo course classique sur lequel j'ajoute un porte-bagage arrière fixé sur le tube de selle.

Me voilà fin prêt, enfin sur le papier, car il est à noter que je n'ai pas un kilomètre dans les jambes et que le matériel n'est pas testé, inconscience, naïveté, ou alors juste la fougue de la jeunesse, allez savoir ! Pas grave j'y vais...

La carte interactive

Mardi 29 juin : Annecy - Aime : 82 km

Quelques minutes après mon départ une saccoche se prend dans la roue arrière, je n'ai même pas quitté Annecy ça commence fort ! 30 minutes de bricolage avec des tendeurs et je repars. J'ai un gros coup de pompe à 70 km, je suis contraint d'abréger ma première étape. Je me suis donc arrêté au camping de la Glière à Aime. La responsable du camping voyant ma fatigue très avancée me propose de m'installer immédiatement et de revenir régler plus tard (je devais avoir une sale tronche...). Cette première nuit est dantesque, des trombes d'eaux accompagnées d'un violent orage.

Mercredi 30 juin : Aime - Montailleur : 55 km

Eprouvé par la journée et la nuit sans dormir, je décide de changer mes plans et d'éviter les Alpes, ce serait suicidaire de continuer dans ce sens. Je repars donc vers la plaine, je n'ai pas de jambes, aurais-je donc présumé de mes forces, c'est le deuxième jour et je suis cuit ! Je fais la rencontre d'Alain, je lui explique mon périple, ça me change les idées. Il m'invite à passer la nuit chez lui, j'accepte sans la moindre hésitation. Sa famille m'accueille chaleureusement, ça restera un super souvenir.

Jeudi 1er juillet : Montailleur - Vizille : 85 km

Au matin je me sens super bien, je remercie Alain et toute sa famille de leur hospitalité et file tranquillement direction Vizille. J'ai eu ma soeur au téléphone, elle me propose de m'héberger quelques jours chez elle près D'Aix en Provence. Je prendrais le train de Vizille, le relief est trop difficile pour moi...

Mercredi 7 juillet : Simiane-Collongue - Beaucaire : 103 km

Après ces quelques jours chez ma soeur ou j'ai roulé pour ne pas perdre le rythme, je repars plein d'énergie. Direction l'Ouest, l'Océan ! L'ennemi du jour le vent, j'ai bataillé avec de Salon de Provence jusqu'à Beaucaire, je sens que ça va souffler contre moi durant plusieurs jours.

Jeudi 8 juillet : Beaucaire - Crespian : 72 km

Ce camping de Crespian plus jamais !!! 50 BALLES y m'ont fait payer, c'est un 4 étoiles certes mais faut quand même pas exagérer !!! Je suis en colère mais fatigué, si j'avais pu encore arquer je me serais cassé illico ! Mon budget est serré je dois faire attention à tout, le train n'a pas arrangé les choses, alors méfiance. Je monte ma tente et je m'aperçois que je me suis fait voler mon appareil photo, je suis dépité. Les gens sont quand même cons, je n'aurais donc aucune photo souvenir de mon voyage, j'ai la haine.

Vendredi 9 juillet : Crespian - Pézenas : 93 km

Cette étape s'est relativement bien passée. Le moment le plus pénible a été le contournement de Montpellier. J'ai failli me faire renverser sur une voie rapide, l'horreur quoi ! J'ai souffert de la chaleur en début d'aprèm avec l'ascension d'un petit col, à part ça pas de soucis.

Samedi 10 juillet : Pézenas - Trèbes : 108 km

Du vent, du vent et encore du vent, de face de coté jamais de dos, il ne m'aura jamais quitté de la journée, physiquement j'ai ramassé, j'ai eu l'impression de gravir un col de 100 km. Total presque 6 heures de vélo j'ai le cul en compote, demain c'est dimanche, repos.

Lundi 12 juillet : Trèbes - Belflou : 70 km

Une journée à vite oublier, j'ai failli abandonner pour de bon. Bien sûr il y avait du vent, je casse un rayon ( une sangle de saccoche c'est prise dedans ) et en plus je n'ai pas de force. C'est avec un morale au plus bas que j'arrive à Castelnaudary, direction la gare. Je demande un billet aller simple pour Annecy, heureusement pour moi le seul train faisant la liaison n'accepte pas de vélo. J'ai donc pris mon courage à deux mains et je suis reparti très péniblement. J'espère reprendre le dessus rapidement, car seul c'est très dure...

Mardi 13 juillet : Belflou - Simorre : 115 km

J'ai bien réagis, à l'approche de l'Océan le morale est au beau fixe. Signe important, le vent a cessé, c'est très bien ainsi !

Mercredi 14 juillet : Simorre - Aire-sur-l'Adour : 110 km

Durant les deux premières heures le parcours était encore bien vallonné, ensuite plat comme un billard et sans vent, que du bonheur. Demain c'est l'Océan !!!

Jeudi 15 juillet : Aire-sur-l'Adour - Saint-Julien-en-Born : 101 km

A l'approche de l'Océan, j'ai une patate d'enfer. Je n'ai pas encore pu me baigner car le camping n'est pas à coté d'une plage, pas grave ce sera pour demain. Je suis enfin allé faire réparer mon rayon, je suis soulagé... de 100 francs tout de même !

Vendredi 16 juillet : Saint-Julien-en-Born - Lège-Cap-Ferret : 109 km

Je me suis enfin baigné, l'eau est hyper bonne et les vagues énormes. Ici les plages sont immenses, malgré le monde nous ne sommes pas les uns sur les autres. Ca fait 5 jours que je roule et je n'ai aucun problème de récupération, je m'étonne moi même!

Samedi 17 juillet : Lège-Cap-Ferret - Royan : 100 km

Pour me rendre à Royan j'ai pris le bac à la Pointe de Grave. La traversée a duré 30 minutes, j'ai rencontré une famille d'Annemasse, nous avons discuté un bon moment, ça fait du bien de parler un peu ( même pour moi qui ne suis pas le plus grand bavard du monde ). Mes genoux me font un peu mal, la journée de repos de demain va me faire du bien.

Lundi 19 juillet : Royan - Bourcefranc-le-Chapus : 124 km

J'ai fait les quelques kilomètres pour rejoindre Bourcefranc, j'ai monté le campement et je suis allé faire le tour de l'Ile d'Oléron. J'en ai pris plein les yeux, le paysage est magnifique. J'aime bien cette ile, nous y allions pendant les grandes vacances quand j'étais petit.

Mardi 20 juillet : Bourcefranc-le-Chapus - Aiguillon-sur-Mer : 127 km

Quelle histoire pour contourner Rochefort car pour entrer directement il faut prendre une route à péage, evidemment interdite aux vélos. J'ai pris une petite route qui n'aboutissait à rien ! C'est chiant quand rien n'est indiqué, on perd du temps et la patience! Bref cela m'a couté 10 bornes de plus, un moindre mal...

Mercredi 21 juillet : Aiguillon-sur-Mer - Brétignolles-sur-Mer : 67 km

Je suis NAZE ! Pas de jus, impossible d'emmener un petit braquet. J'ai donc écourté la journée, je pense que ça va me faire du bien. J'avais bien mal au genoux depuis quelques jours ça à l'air de passer, tant mieux, la douleur me réveillait la nuit!

Jeudi 22 juillet : Brétignolles-sur-Mer - Pornic : 93 km

C'est sous la pluie et le brouillard que je me suis rendu à Pornic. J'ai encore joué au con en voulant absolument passer dans la ville. En effet j'avais vu un panneau "camping" à l'entrée, mais non, il a fallu que je continue quand même et je me suis perdu un bon moment. Trempé jusqu'aux os, je trouve un camping où la facture a été salée 79 FR !!! Bien fait pour moi...

Vendredi 13 juillet : Pornic - Sainte-Anne-d'Auray : 121 km

Cool, je dirais même très cool. C'est ainsi que je résume cette étape, pas de vent, pas de pluie et pas de bosse... Que demande le peuple ?!? Au camping un vieux couple d'Italiens m'a offert l'apéro, sympa ça détend...

Samedi 24 juillet : Sainte-Anne-d'Auray - Bénodet : 112 km

Cette étape m'a conduit dans le Finistère, une superbe région, en plus le temps était de la partie. J'ai toujours une super forme, maintenant je m'amuse à aller à fond dans les bosses, quel plaisir ! Je n'ai plus du tout mal aux genoux, la douleur est partie du jour au lendemain. Je me sens de plus en plus fort dans les jambes et dans la tête ce qui n'était pas franchement le cas au début du voyage.

Lundi 26 juillet : Bénodet - Landerneau : 135 km

Des villes fantômes, tristes. Des commerçants pas très sympathiques. Un temps maussade. Bref une journée dans une atmosphère peu joyeuse, ça arrive !!

Mercredi 28 juillet : Landerneau - Trégastel : 130 km

C'est après une journée de repos "forcé" ( trombe d'eau toute la journée ) que j'ai repris la route. Contrairement à lundi le paysage est magnifique. Au kilomètre 110 je crève à Lannion, je ne sais pas pourquoi mais je la sentais venir, ça n'a pas manqué ! J'ai réparé avec un grand calme, quelques semaines avant j'aurais pèté un câble.

Jeudi 29 juillet : Trégastel - Pordic : 92 km

Le soleil a enfin brillé toute la journée, ce n'est pas trop tôt depuis lundi le temps est dégueulasse. Depuis hier je surnomme les automobilistes des Côtes d'Armor "les fous du klaxon". Dès l'instant où j'ai mis les roues dans cette région, je n'entends que leur maudit klaxon et ce n'est pas pour me faire coucou croyez moi !!!

Vendredi 30 juillet : Pordic - Dol-de-Bretagne : 124 km

Une heure c'est le temps qu'il m'a fallu pour sortir de Saint Brieuc. Ensuite je crève au moment où la pluie se met à tomber. Je me trompe de chemin et je fais 10 bornes de plus. Ca fait beaucoup dans la même journée, NON ?!?

Samedi 31 juillet : Dol-de-Bretagne - Agon-Coutainville : 112 km

Quand j'ai sorti la tête de ma tente pour scruter le ciel, je n'en ai pas cru mes yeux !! Pas un nuage à l'horizon, ça donne envie d'aller rouler. Après environ 5h30 de vélo, je suis donc arrivé à Agon. La ville est animée, ça change de certains bleds mortels ou j'ai passé la nuit. Hop mon jour de repos sera ici.

Lundi 2 août : Agon-Coutainville - Barfleur : 114 km

L'arrivée sur Barfleur est splendide, sur 10 km on plonge vers la mer, en plus sous le soleil c'est un spectacle fantastique. Avec le vent dans le dos (pour une fois), j'ai réalisé l'étape la plus rapide 23 km/h. Le mois d'août commence très bien...

Mardi 3 août : Barfleur - Courseulles-sur-Mer : 117 km

Toujours un temps superbe sans vent. Une journée tranquille, la "routine" quoi !

Mercredi 4 août : Courseulles-sur-Mer - Les Loges : 147 km

C'est la distance la plus longue que j'ai fait de ma vie, pratiquement 150 bornes et plus de 7H de vélo... Fallait avoir le morale. Je devais m'arrêter initialement à Etretat mais le seul camping était plein, je consulte rapidement ma carte et je file direction Fécamp. J'ai trouvé un camping sur le trajet, pas terrible du tout le camping et pas de douche, la toilette est très sommaire !! J'espère bien récupérer de cette très longue journée.

Jeudi 5 août : Les Loges - Le Tréport : 109 km

Ca y est ! Je suis arrivé au Tréport qui est la derniére "ville étape" sur la côte ouest. De Saint Junien en Born jusqu'au Tréport, j'ai longé la côte sur 2000 kilomètres, que du bonheur je vous dis !! Désormais cap sur Reims, Troyes, Dijon et Annecy... c'est le début de la fin.

Samedi 7 août : Le Tréport - Liancourt : 139 km

Il est vraiment très agréable de rouler dans l'Oise. Les routes passent en pleine campagne, très peu de voitures, super. Le vent est nettement moins fort qu'au bord de la mer, en contre partie la chaleur se fait plus lourde.

Dimanche 8 août : Liancourt - Fère-en-Tardenois : 95 km

C'est en plein coeur de la forêt de Retz que j'ai passé une bonne partie de la journée, c'est le paradis du cycliste !!

Lundi 9 août : Fère-en-Tardenois - Arcis-sur-Aube : 117 km

Je n'avais pas trop la forme aujourd'hui, route très valonnée et vent de face sur la fin. Par contre le paysage est toujours superbe même si je l'ai moins apprécié avec les gros efforts du jour.

Mardi 10 août : Arcis-sur-Aube - Chatillon-sur-Seine : 110 km

FATIGUE ! Je suis très fatigué, la journée m'a paru très très longue. Hier déjà j'ai eu une alerte, demain repos. 8 jours de vélo d'affilé, c'est sans doute trop pour moi...

Jeudi 12 août : Chatillon-sur-Seine - Bligny-sur-Ouche : 109 km

Un jour de repos ça fait du bien, cependant les 2 premières heures n'ont pas été faciles, par la suite tout est rentré dans l'ordre. Je crois, je suis même sûr que le vent ne va pas me lâcher d'ici la fin du voyage. Je montais pour l'avant dernière fois ma toile de tente et bing je pète une baguette, il fallait bien qu'il m'arrive une tuile, ça faisait si longtemps...

Vendredi 13 août : Bligny-sur-Ouche - Montrevel : 117 km

Je redoutais un peu le début de journée car une grosse côte m'attendais au saut du lit.Une demi-heure à en chier puis j'ai déroulé tranquillement. Demain c'est la dèr.

Samedi 14 août : Montrevel - Annecy : 137 km

Dernière journée très dure, mais bon voilà je peux dire que j'ai fait le tour de France à bicyclette et j'en suis fier. Ce rêve est devenu réalité, ce ne fut pas facile tout les jours, il a fallu surmonter les doutes, les défaillances, la solitude aussi.

Quelques chiffres :

44 jours de voyage dont 35 jours de vélo
3751 km en 181H51' soit 20,588 km/h
Etape la plus longue 147 km, la plus courte 55 km
3 crevaisons
1 rayon cassé
7 kg de perdu