Mer/Montagne : Royan - Col du Soulor

Quoi de mieux pour finir une saison bien remplie que de se faire une belle randonnée. J'ai commencé à y réfléchir de retour de ma diagonale, l'idée d'une mer/montagne me semblait originale. Je consulte le calendrier, le pont du 11 novembre tombe à pic.
Pour le choix du parcours, je fais un départ au plus proche de chez moi et une arrivée dans les Pyrénées que j'ai effleuré lors de Brest-Perpignan et que je veux mieux connaitre (il me faudra du temps !). J'établis rapidement un parcours ! Je voulais aussi en faire profiter les membres du forum et ainsi créer un beau moment de partage avec une balade tranquille.
Je lance donc le projet sur le forum. Quelques personnes sont intéressées, au final nous serons deux, Sophie (alias Miss Couettes) et moi-même. Il faut dire que pour de nombreux cyclos la saison est pliée et que de partir à l'assault des cols à la mi-novembre n'est pas très habituel !

Le jour J arrive vite, la météo des derniers jours n'est pas très bonne. J'éssaie d'avoir des renseignements sur l'ouverture des cols, pas facile d'avoir les infos car les différents sites consultés ne sont pas mis à jour à l'instant T. Il faudra donc vérifier par nous même !!

La carte interactive

Royan - Mont-de-Marsan

Le départ est programmé pour 7H. Nous allons pointer au bar "Le Médoc" ou nous attendent Alain et Janine. Nous en profitons aussi pour poster la carte de départ.

Voilà, c'est parti. Le temps ne reste pas sec très longtemps. Nous longeons sur près de 40 kilomètres l'estuaire de la gironde, c'est assez valonné, le vent de sud ouest est très présent, la pluie redouble. A hauteur de Le Poteau nous empruntons la D137, une longue ligne droite avec beaucoup de circulation qui nous mène à Saint-André-de-Cubzac notre premier contrôle. J'ai un coup de moins bien sur ce secteur, la pause me fera du bien ! Nous pointons "Chez Tonton" ou nous sommes très gentillment accueillis. J'engloutis un sandwich, deux éclairs, une bière et un grand chocolat chaud, ça fait du bien !!

Nous repartons sous la pluie, de toute façon nous n'avons pas eu le temps sècher !! J'ai froid mais je me réchauffe rapidement avec quelques bosses. En parlant de bosse nous en avons prise une d'au moins 40% que j'ai monté avec une cadence de pédalage de 1 t/mn, j'exagère à peine !?! Le vent est moins fort, la forêt Landaise nous protège. La pluie elle ne cesse pas, elle tombe maintenant sous forme de bruine, c'est moins pénible. Les longues lignes droites sont monotones, c'est au tour de Sophie d'avoir un coup de barre, il passera tranquillement. Nous arrivons un peu avant 18H à Luxey dernier contrôle du jour, il règne dans la bar une sympathique ambiance.

Reste 50 kilomètres avant l'arrêt à l'hôtel, IL NE PLEUT PLUS !!! La nuit est tombée, nous progressons bien. Nous n'avons pas trop de mal à trouver l'hôtel. Malgré le temps nous avons réalisé une excellente journée de 244 kilomètres (dont 200 sous la flotte).

Mont-de-Marsan - Col du Soulor

Réveille à 7H, nous avions réservé le p'tit dèj de l'hôtel (que je trouve assez moyen). Nous avons aussi pu faire sècher nos affaire, l'hôtel a du avoir un sacré pique de consommation d'électricité avec nos deux chambres transformées en chaufferie... Nous sommes prêt avant 8H, à l'instant ou nous sortons nos vélos la pluie se met à tomber !

C'est encore une longue ligne droite, la D824 qui nous dirige sur Grenade-sur-l'Adour, la pluie cesse, nous ne la reverons plus ! Le profil devient un peu plus accidenté, rien de bien méchant, nous apercevons enfin les cimes enneigées des Pyrénées. Nous faisons une rapide halte à Sévignacq le temps de pointer, le ciel est dégagé, le journée s'annonce superbe.

Il nous reste une grosse trentaine de kilomètres avant que la route s'éléve, le paysage est magnifique, nous profitons au maximum de ces moments. Nous sommes au pied des Pyrénées, une muraille imposante. Dire qu'hier nous étions au bord de l'océan... c'est la beauté de cette randonnée. Nay, c'est ici qu'apparait le premier panneau annonçant le Soulor, 30 kilomètres à parcourir. La pente est douce, nous pénètrons dans les entrailles de la montagne. Nous longeons l'Ouzom jusqu'à Ferrières, les choses sérieuses commencent ! Nous décidons de monter chacun à notre rythme : " on s'attend en haut ! ". Avant d'attaquer nous postons la carte d'arrivée, c'est le même principe qu'une diagonale.
12 kilomètres de pente assez rude sont là pour nous rappeler qu'un col ça se mérite ! Je passe la chaîne sur le plateau du milieu et commence ma progression, le premier kilomètre est très dur. J'essaie d'adopter un rythme tranquille pour ne pas me cramer, les kilomètres sont longs. La vue est grandiose, quel bonheur de pédaler dans cet environnement ça me rappelle pleins de souvenirs de "mes" montagnes... Le sommet est en vue, les trois derniers kilomètres me semblent plus facile. Je prends la traditionnelle photo sous le panneau du col. Le temps de commander un coca et de demander si l'Aubisque est ouvert (c'est fermé depuis dimanche dernier, dommage), Sophie arrive nous l'avons fait, SUPER !

Il ne nous reste plus qu'à rallier Pau. Nous rescendons donc par le même chemin sur les freins, pas la peine de risquer la moindre chute. Nous serons à Nay avant la nuit. A partir de là c'est du grand n'importe quoi ! Chauffards en tout genre, absence d'éclairage sur bon nombre de véhicules et énormément de circulation. C'est vendredi soir et il ne faudrait surtout pas louper l'apéro, les caouettes pourraient devenir molles... " c'est pas deux cyclos qui vont nous faire chier " doivent se dire ces braves automobilistes !! Bref c'est assez épuisant nerveusement, la traversée de Pau est plus que pénible. Par miracle nous sommes en vie, beaucoup de navigation pour trouver l'hôtel malgré le GPS.

2010 s'achève sur une très belle note, vivement 2011 !

Le diaporama

sans nom

~

Je ne pourrais pas finir ce récit sans parler de mon épouse Sabine qui comme à chaque fois me soutien et me laisse partir loin de la maison pour vivre pleinement ma passion. Toutes ces heures passées sur la route ne peuvent être réalisées qu'avec une famille aimante, soudée et compréhensive.