Flèche Vélocio 2012 au départ d'Avignon

Après la réussite de Paris-Brest-Paris l'an passé me revoilà en course pour tenter le fameux Randonneur 5000. Il ne me reste plus qu'une Flèche Vélocio pour boucler la boucle. Lors des brevets qualificatifs que j'organisais, j'ai sympathisé avec quelques cyclos dont Didier, Régis et Claude. J'ai tout de suite pensé à eux pour cette aventure. Je leur fais part de ce projet, nous sommes fin 2011 et je leur donne comme date butoir le 31 janvier pour valider une équipe. Malheureusement Régis doit subir une intervention chirurgicale et Claude a d'autres projets. Didier lui est d'accord. Sans perdre de temps je propose le projet sur le forum. Mi-février l'équipe est bouclée, elle est composée de Didier, Serge, Pascal, Mickaël et moi en tant que capitaine. 
A l'occasion du BRM 200 de Ménigoute du 25 mars, je rencontre Serge. Didier et aussi venu. C'est quand même important de pouvoir rouler un peu avec des membres de l'équipe et faire connaissance. Ce premier contact me laisse envisager une belle Flèche, le courant est bien passé...

J -1

Vélos solidement fixésNous avons décidé avec Didier et Serge de nous donner rendez-vous à Ménigoute vers 7H pour charger les vélos. Le chargement est sous le haut control de Didier, après une petite heure de vérifications et la mise en place d'environ 3 kilomètres de sangle tout bouge bien comme le veut Didier !!! En voiture pour 10 bonnes heures de route, l'occasion de bien souder l'équipe... et d'apprendre deux choses importantes, accrochez-vous !!! Serge nous confie qu'il a fait le PBP avec une assistance (houuu hurlent tout les anti-assistance) et qu'il ne sais pas si il aime faire du vélo finalement (houuu crient les fanatiques de la petite reine). Didier et moi sommes sous le choc, heureusement que c'est lui qui conduit sinon il passait pas la fenêtre. Vous l'aurez compris l'ambiance est excellente ! 
Nous arrivons à Avignon à 18H30, Pascal est arrivé de Haute-Savoie dans l'après-midi en camping-car. La rencontre est cocasse, ça chambre direct ! Il ne manque plus que Mickaël qui lui vient du Nord en train. Son TGV ayant du retard (non pas de commentaire sur la SNCF, respectons le travail de ces fonctionnaires, hein Serge ?!?) nous allons diner un peu tard au Buffalo Grill proche de l'hôtel, Jérôme le cousin de Serge est aussi de la partie. Le groupe fait donc connaissance, ça papotte vélo évidemment ! Nous achevons cette soirée à 23H, allez au lit demain nous partons à 8H.

24 heures pas une minute de moins !

Pour ma part la nuit fut bonne, je me réveille un peu avant l'heure prévue comme Didier d'ailleurs. Nous avons largement le temps de déjeuner et de nous préparer, pas de stress. Didier se bichonne en huilant son corps d'athlète (je ne suis pas là pour le voir, pas de mésentente... lol). Le reste de la troupe fignole les derniers préparatifs, nous sommes fin prêts. Le temps est beau, nous craignons cependant quelques averses, le vent est annoncé favorable pour une grande partie de la journée. Tout est en place, y'a plus qu'à pédaler.

Avignon - Aigues-Mortes
Départ8H c'est le départ, pour quitter Avignon j'avais demandé au club de l'UCA si la rocade Charles de Gaulle était praticable, et bien non. J'ai du faire un repérage via Google Map en image satellite (on arrête pas le progrès) pour trouver un chemin convenable. C'est la seule crainte que j'avais sur la totalité du parcours. J'ouvre donc la route, finalement ça passe bien. Cap au Sud, le vent est avec nous. Avec l'expérience de 2010 ou nous étions partis trop facile, nous maintenons une bonne vitesse de progression pour essayer de prendre un peu d'avance. C'est très plat, nous ne forçons pas sur les pédales, nous profitons de ce début de balade. Pas trop de circulation sur ces petites routes, c'est avec l'aide de Pascal que le parcours a été modifié pour justement emprunter des routes calmes. Ma pédale gauche fait un cliqueti assez pénible, j'espère que ça va tenir, je me remémore mon abandon d'il y a deux ans... Les 88 km sont vite avalés, nous pointons et faisons le plein pour le déjeuner.

Aigues-Mortes - Villeneuve
Nous décidons de trouver un coin sympa pour manger. Il fait bon j'enlève une couche de vêtement. Nous entrons en Camargue, c'est splendide. Par contre les routes sont monotones comme dans les Landes, pas la moindre bosse à se mettre sous la pédale. Le vent se renforce un peu mais il est toujours dans le bon sens. L'unique commerce de Villeneuve est un bar ou nous trouvons le tampon qui va bien. Nous avons parcouru 132 km et avons plus d'une heure d'avance, tout va bien ! 

Villeneuve - Fontvieille
Moulin de DaudetCourte étape de 28 km, c'est Michèle Hugon responsable des Flèches Vélocio qui nous à tronçonné le parcours avec des points de contrôle positionnés afin de ne pas pouvoir couper. La traversée d'Arles est perturbée par la féria qui est pile poil sur notre route, nous contournons comme nous pouvons le centre ville. Nous faisons une petite halte devant l'Abbaye de Montmajour et poursuivons notre chemin. A Fontvieille nous quittons quelques instants notre parcours pour aller au moulin de Daudet, très beau site. De retour pointage à l'office du tourisme.

Fontvieille - Aix-en-Provence
Aix-en-ProvenceNous sommes en plein coeur des Alpilles, le profil devient un peu plus accidenté ça fait du bien de se mettre un peu en danseuse ! Le paysage a radicalement changé, c'est toujours aussi beau, quelle chance de pouvoir pédaler dans ces lieux. Nous rejoignons une équipe de traceurs, la différence entre une Trace et une Flèche c'est que les traceurs ne roulent pas de nuit. Toujours pas de couac, jusqu'au moment où la sacoche de selle de Pascal lâche d'un coup. Nous sommes entre Pélissanne et Eguilles. Didier nous la joue Mc Guyver en ayant l'idée de prendre un coupe vent et de transformer la sacoche en sac en bandoulière. Ca tiendra jusqu'à Eguilles ou je propose à Pascal de mettre quelques affaires dans mes sacoches, Serge lui prête un petit sac, l'affaire est close. Un camion pizza est là, c'est notre repas du soir (pas le camion, les pizzas). Derrière nous c'est bien noir, je crains ne pas échapper à l'averse. Les pizzas englouties (tiens ça ferait un bon titre de film) nous filons sur Aix. Nous pointons avec 1H30 d'avance sur la magnifique place de la Rotonde, y'a foule en ce samedi soir.

Aix-en-Provence - Pourrières
Pointage de nuitDe nouveau une courte étape mais avec une montée de 10 km pas facile du tout, je fais l'ascension avec Didier, pas la peine de se cramer il reste beaucoup de difficultés à passer cette nuit. Après une bonne suée nous plongeons sur Pourrières ou nous postons une carte ne trouvant pas de commerce ouvert à cette heure.

Pourrières - Bras
23 petits kilomètres nous séparent du prochain controle, c'est bien vallonné. Dans les côtes je suis le plus lent, je monte à mon rythme tranquille. Je suis bien conscient que nous faisons une randonnée par équipe et rester groupés dans les bosses est impossible. Les regroupements se font dans les parties plus planes. Comme précédement c'est carte postale. A Bras pas de chocolat mais du riz au lait sorti de la sacoche (tel un magicien me dira plus tard Serge, il a même cru que j'allais sortir un énorme jambon de pays de ma musette, j'suis pas Garcimore quand même !!), nous prenons des forces et il en faudra ! 

Bras - Gréoux-les-Bains
Ca se corse sérieusement, nous allons entrer dans le parc naturel régional du Verdon. La nuit avance, certains d'entre nous commencent à avoir sommeil. Je n'ai absolument pas envie de dormir, ça fait bien longtemps que je n'ai pas ressenti ça ! Va savoir pourquoi, y'a des jours comme ça... Nous devons traverser de beaux coins, il faudra revenir par ici de jour ! Bon an, mal an, nous venons à bout de cette étape. Je vois que mes compagnons ont besoin d'une bonne pause, nous avons toujours de l'avance sur notre feuille de route. Nous décidons de dormir ayant accompli avant le traditionnel pointage. Notre hôtel sera un hall d'immeuble chauffé, quel luxe !!! Je m'allonge mais je n'arrive pas à m'endormir, je fais donc le guêt. Mes 4 équipiers font un concours de ronflements, la palme ou plutôt la narine d'or revient à Pascal !

Gréoux-les-Bains - Grambois
Colde MontfuronNous sortons du hall, ça caille !! Le mistral nous attendait, je ne le connaissais pas... ce n'est pas une légende il souffle vraiment TRES TRES FORT. Nous avons en gros 30 km difficiles sans vent, mais là... ça calme encore plus nos ardeurs. Notre avance fond comme neige au soleil, nous devons être vigilant car nous devons réaliser 360 km minimum pour valider le Flèche. Je n'ai pas de coup de barre mais je souffre beaucoup, c'est dur je m'accroche. Dans ces moments là je pense toujours très fort à ma famille... Nous pointons la 22ème heure à Manosque, le règlement impose ce pointage. Nous devons effectuer au moins 25 km jusqu'à la 24ème heure. Nous passons le col de Montfuron à 649 m d'altitude au lever du jour, il ne nous reste plus que de la descente. Attention au mistral qui est très dangereux, la Flèche n'est pas encore fini restons prudent... A la Bastide des Jourdans nous nous offrons une boisson chaude et des viennoiseries avant d'arriver à Grambois au terme de 24H de vélo. Nous l'avons fait avec 364 km juste au-dessus de la limite comme prévu !!!

Retour sur Avignon

Remise des cartes de routeAvant de repartir il nous faut remettre nos cartes de route au stand de l'ACP, j'ai l'occasion de discuter un peu avec Thierry Rivet le président de mon club (Audax Club Parisien) et avec Michèle Hugon qui contrôle le bon déroulement de la fin de cette Flèche. Un super casse-croûte bio nous est proposé, je me rempli bien la panse... Pas vu de Rubans Blancs, dommage mais il faut dire que nous sommes dans les premiers sur place. 
Bon il est temps de rentrer, nous avons 80 gros kilomètres et avec ce mistral ça va être dur. Le mot est faible, il souffle de coté, c'est super dangereux. Ca circule j'ai vraiment peur car nous sommes en permanence poussés sur le milieu de la route. Mais comment font les cyclos du coin ? Nous arrivons vers 15H, je suis sec comme un hareng !
Après une douche et une bonne grosse sieste, nous allons diner chez Jérôme. C'est le temps du débrif et d'une bonne soirée de rigolade ! Pour la petite histoire Jérôme est le spécialiste de renommée mondiale de la tarte aux pommes, no comment (Serge et Didier eux comprendront...). Merci Jérôme pour cette excellente soirée, merci aussi d'avoir accepté un "parisien" chez toi pendant un certain OM/PSG !

~

Pour la petite histoire après environ 1300 km de voiture, nous nous faisons arrêter par la patrouille. Banal contrôle de papiers mais une chose cloche (normal c'est Pâques) pour les gendarmes. Les vélos très bien sanglés une deuxième fois par Didier cachent la plaque d'immatriculation, les clignotants et les feux. "Je ne peux pas vous laissez repartir comme ça mais vous avez de la chance vous êtes de Béziers et moi de Sète " dit la gendarmette à Serge !!!

~

Je ne sais pas quand je referai une Flèche Vélocio, j'ai promis de faire quelques chasses aux oeufs de Pâques en famille...

Le diaporama

sans nom