BRM 400 km Ménigoute - Saison 5

Groupe départPlace à la troisième étape de qualification du prochain PBP. Le départ classique de 16H donne encore l'occasion à Léane de m'aider à la distribution des cartes de routes et de faire les 2 inscriptions sur place. Nous serons 19 à nous frotter à ce 400.

Tout le monde est prêt, le clocher nous libère à l'heure dite. Le départ est très tranquille, le groupe ne semble pas pressé et ça me va bien. Les routes que nous prenons sont je dirais assez classiques : La Mothe-Saint-Héray, Lezay, Sauzé-Vaussais. Ce qui nous mène vers la Charente et nous pointons à Ruffec au kilomètre 67, il est 18H52.

Contrôle RuffecNous sommes 8 à repartir du contrôle. Quelques bosses nous mettent en jambe et cassent la monotonie. Tout va bien jusqu'au km 89 où Régis casse un rayon ! Nous scotchons le rayon cassé et essayons de dévoiler un peu la roue. Régis est septique quant à la suite des événements, il poursuit quand même avec nous en essayant de soulager au maximum sa roue. C'est toujours chiant ce genre de désagrément dans la longue distance. Ca me rappelle mes mésaventures sur le 600 de l'an dernier où j'ai roulé avec un pneu HS. La nuit est tombée et je ne baille pas, c'est bon ça !! A 5 kilomètres du contrôle un deuxième rayon pète, et merde ! Bricolage vite fait pour se rendre à Saint-Victurnien, ce coup-ci Régis jette l'éponge. Il a raison, il ne faut pas tenter le diable et avoir un accident ou se retrouver dans la pampa en pleine nuit. Son épouse et sa fille viendront le rapatrier. Un café est encore ouvert (il est 23H34) on boit un coup, deux clients sont bien mûrs.

Sous un pont à AmbazacNous laissons donc Régis ici, ça me fait bien chier pour lui mais c'est ainsi... La pluie commence à tomber ! Bravo Météo France qui annonçait une nuit claire, pffff y's'goure toujours. Nous avons droit à la flotte jusqu'au prochain contrôle, soit deux bonnes heures. Les côtes s'enchaînent inlassablement... Il est 1H58 quand nous arrivons rincés à Ambazac. On casse la croûte vite fait sous un pont.

La pluie semble vouloir s'arrêter. Heureusement il ne fait pas froid, le redémarrage n'est pas trop difficile. Le terrain lui est vraiment cassant comme depuis Saint-Victurnien. Je résiste toujours bien à la nuit, aucune envie de dormir. J'ai l'impression que les kilomètres défilent quand même bien, les heures aussi. Les changements de braquets sont incessants, ça occupe ! Nous atteignons le Grand Bourg à 4H39. J'anticipe le coup de froid des 5/6 H du mat en enfilant une veste, mon bonnet et mes gants d'hiver.

Au petit matinLe plus dur du parcours est désormais derrière nous, il reste des bosses rassurez-vous ! J'ai un bon coup de barre juste avant le lever du jour, mes yeux veulent se fermer. Ca va durer une petite heure. Ce qui n'aide pas c'est ce brouillard, nous sommes toujours entre jour et nuit. J'ai faim, bon signe. Je vide mes poches, sandwich, barres de céréales et lait concentré. Le ciel se dégage peu à peu. L'Isle-Jourdain est en vu, je sais qu'à partir d'ici le relief s'adoucit grandement. Nous trouvons un café. Pointage et ravitaillement, je prends un chocolat chaud et je mange ma salade de pâtes. Pour faire passer le tout un coca, drôle de p'tit dèj.

Viaduc de l'Isle-JourdainIl nous reste 77 kilomètres à parcourir. Il fait beau maintenant, j'enlève les couches de vêtements superflues. Nous sommes trois, Christophe, David et moi. On avance tranquillement mais sûrement. J'ai eu des nouvelles de Régis, il est bien rentré chez lui. Je me sens vraiment bien.Hormis ce coup de barre matinal, ma randonnée c'est parfaitement passée. Egalement au niveau de la selle (qui m'avait tellement fait souffrir sur la RAA1200 l'an dernier), là a part un peu d'irritation ça va. A quelques kilomètres du but, David vient à ma hauteur, et me dit qu'il finit un peu à l'arrache. Pour un premier 400 c'est normal. Je lui demande comment il s'est préparé, il m'avoue n'avoir sorti son vélo que 4 fois cette année !! Une sortie avant le 200, le 200, le 300 et le 400 !! Je suis sur le cul, un phénonème ce gars. Voilà le brevet s'achève à 14H03 sous un grand soleil, nous sommes à une marche de la qualif. A noter 3 abandons et 2 hors délai.

Le diaporama

sans nom