Dodécaudax, juillet 2017

En ce dimanche c'est ma dernière possibilité de réaliser mon dodécaudax de juillet. J'avais tracé il y a quelques mois un parcours qui pourrait justement me servir pour me "dépanner" en cas de mois sans brevet.
Le réveil est programmé pour 3H30, j'ouvre les yeux à 3H10. P'tit dèj tranquille. Remplissage des poches, c'est la première fois que je pars avec aussi peu de bouffe. Un sandwich, 4 barres de céréales et 2 sticks de lait concentré.

PoitiersAllez hop c'est parti, il est 3H45. Je suis en long car pour une fin juillet les températures ne sont pas très élevées. Je pars en direction de Poitiers, le vent ne s'est pas encore levé. La D3 est très plate, j'avance donc bien. Vers 5H je traverse Poitiers. Près de la gare une bande de jeunes qui n'ont pas sucés de la glace cette nuit déambulent le cul à l'air. Tant qu'il ne conduisent pas tout va bien ! A la sortie de Poitiers il se met à pleuvoir, les gouttes sont très fines. Le vent commence à se pointer, orienté sud/ouest, pas bon pour moi ça... De plus les abris sont inexistant, il va falloir faire avec.

ParthenayJe me dirige maintenant vers Parthenay. C'est un peu plus vallonné, je connais bien le secteur, donc sans surprise. Les averses s'enchaînent sans être très gênantes finalement. Une fois passé Gourgé j'ai le vent en pleine poire, lui par contre est plus que gênant ! J'ai eu du vent pendant toute la semaine de vélotaf. C'est usant à la longue... J'arrive tout de même à Parthenay sur les coups de 7H. Pas grand monde dans les rues, tant mieux.



NiortJe poursuis mon chemin direction Niort, toujours avec un bon vent de face. J'en suis quasiment à mi-parcours. J'avale mon sandwich, j'ai le ventre qui gargouille mais tout va bien. Le profil est moins accidenté. Je déboule à Niort vers 9H. La traversée est longue, près de 8 kilomètres. Je n'aime pas les grandes villes. J'ai bien fait de partir tôt car là aussi très peu de circulation. Il me faudra attendre Prahecq pour m'orienter nord/est. La délivrance, j'ai enfin le vent dans le dos et ça change tout ! Je fais une pose d'à peine 5 minutes (la première et la dernière) à Triou pour passer un coup de fil à la maison et retirer mon coupe-vent (le soleil est de sorti). Il me reste 40 kilomètres. Je profite du vent pour envoyer la purée. Les bosses passent toutes seules c'est agréable. J'arrive sans encombre à la maison juste avant 11H30.

La 19ème étape est bouclée.