Dodécaudax, décembre 2016

Pour cette douzième étape qui conclut un cycle complet de dodécaudax, j'ai l'opportunité de participer au dodécaudax du Solstice organisé depuis 5 ans par Jean-Pierre MARY (également organisateur du Douze Cents). Le départ se fait de Tours. Pour m'y rendre je rejoins Thierry à Poitiers, il m'a gentiment proposé de m'amener sur place.

Auberge du SolsticeAprès une grosse heure de route nous arrivons au Centre Municipal des Sports. Bon nombre de cyclos sont déjà affairés à la préparation du départ. Jean-Pierre nous remet la carte souvenir. Nous sommes 37 à nous élancer pour cette nocturne en plein mois de décembre. Je profite des illuminations de Noël de Tours qui sont superbes. Une fois sortis de le ville le rythme s'accélère un peu (sûrement pour se réchauffer). Le profil du parcours est très plat, c'est normal vu la particularité de la randonnée. Le premier objectif de la nuit est de rallier Vendôme pour le repas. Mais avant ça il faut affronter le brouillard (qui ne nous lâchera pas) et le froid. Pour ma part j'ai eu des périodes ou j'étais gelé, surtout le bout des doigts. A noter une crevaison et quelques incidents mécaniques. Mais plus grave une chute impliquant 3 ou 4 personnes. Un cadre cassé, heureusement pas de blessé... Vers 3H nous arrivons à l'auberge du Solstice (chez Jean-Pierre et Pascale).
Nous sommes chaleureusement accueillis par la dream team du Solstice (la même équipe que lors du Douze Cents), c'est sympa de les revoir. Après l'apéro un bon repas nous attend. Un agréable moment de convivialité, je comprends le succès de cette formule originale de brevet.

Les meilleures choses ont une fin, il faut repartir ! J'ai mis une couche supplémentaire et de gros gants, car ça va cailler. Le groupe repart tranquillement dans le brouillard. Le froid me garde éveillé, pas d'envie de dormir à l'horizon. Comme sur la première partie de nuit nous avons droit à une crevaison (ou deux je ne suis plus très sûr) et quelques ennuis mécaniques. Ces arrêts nous refroidissent très vite mais la solidarité est de mise. Au plus bas la température est descendue à -3°C, de la glace se forme sur mes gants. L'humidité du brouillard ne rend pas la progression aisée. Vivement que le jour se lève ! A 6 kilomètres de l'arrivée dans la dernière descente, Nicole chute lourdement. Je n'ai pas vu comment car j'étais en fin de groupe. Jean-Pierre appelle les pompiers car Nicole est sonnée. Nous apprendrons plus tard que tout va bien. Plus de peur que de mal. La randonnée se termine un peu en eau de boudin...

Mon premier cycle de dodécaudax est terminé ! Il ne me reste plus qu'à continuer...

Groupe au départ et à l'arrivée