Dodécaudax, novembre 2016

1er novembre, une douceur exceptionnelle pour la saison, grand soleil et peu de vent. Ne serait-ce pas le jour idéal pour faire un dodécaudax ? Biensûr que si ! Réveil programmé sur 3H15, je me lève tout seul comme un grand à 3H. C'est pour moi un signe de forme. Je ne traîne donc pas au lit, 30 minutes plus tard j'enfourche mon vélo.

LesterpsComme prévu le ciel est étoilé et il ne fait pas froid. Dans un premier temps direction Couhé à une cinquantaine de kilomètres. Je connais très bien cette route qui sera sans surprise. Profil très plat et léger vent contraire (rien à voir avec l'étape d'octobre au retour). Je n'ai pas dû croiser plus de 5 voitures sur ce premier quart de la distance. Une fois passé Couhé la route est bien plus ondulée. Le passage le plus difficile (sans être insurmontable) se trouve entre Surin et Confolens, soit une bonne trentaine de kilomètres. Je suis d'ailleurs bien surpris pas quelques bons coup de cul, particulièrement celui de Châtain. J'arrive finalement à Lesterps à 7H46, la moitié est faite.

Le jour est levé, j'ai maintenant ce léger vent qui va me pousser jusqu'à la maison. J'ai été très prudent, trop peut-être concernant mon effort. Je sens que tout va bien, j'appuie un peu plus fort. J'aimerai boucler ce parcours en 8H, j'aime bien me lancer ce genre de timming. Sans pour autant être obnubilé par le chrono. Le passage "difficile" a-t-il été raboté ? Je roule vraiment facile, j'en profite pour découvrir le paysage passé dans l'autre sens de nuit. Le coin est sympa. Je suis déjà à Couhé ! 50 kilomètres de billard ou presque pour rallier la maison et cette 11ème étape sera validée. Un coup d'oeil sur l'heure, je pense qu'il est possible d'arrivé à 11H35 (je suis parti à 3H35). Pari gagné, 8H pile pour ces 204 kilomètres.

Plus qu'une étape et je valide mon premier cycle !