BRM 600 km Ménigoute - Saison 5

C'est la dernière étape de qualificative au Paris-Brest-Paris. Nous sommes 13 à prendre le départ. Bernard fiévreux ne pourra pas se joindre à nous c'est vraiment dommage pour lui. La raison l'a emporté car faire un 600 en pleine forme n'est déjà pas facile, s'y lancer malade peut devenir une énorme galère.

Départ5H, c'est parti. Première info le vent souffle très fort et pas dans le bon sens. Sur le papier la première moitié du brevet est plate donc tranquille... sauf si le vent s'en mêle ! Il souffle du Nord, nous l'aurons donc de travers sur les 150 premiers kilomètres. Mais bon, nous n'en sommes pas encore là. Dès la première bosse après La Pagerie le groupe se scinde en deux. Tiens c'est la première fois depuis 2011 que je ne roule pas avec au moins 1 de mes copains (Régis, Serge et Didier), ça fait bizarre... Une fois les bosses passées nous arrivons dans le Marais Poitevin, la platitude s'installe pour un long moment. Nous sommes à Vix, il est 8H30.

Saint-Gilles-Croix-de-VieArrêt express et je repars en compagnie de Christophe avec qui j'ai fait tous les brevets de cette année, nous roulons de la même façon, l'entente est donc parfaite. Toujours ce vent présent, la progression reste correcte. Pas beaucoup d'occasion de se mettre en danseuse. A 20 kilomètres du contrôle Christophe est victime d'une crevaison lente, rien trouvé dans le pneu. Nous arrivons à Talmont-Saint-Hilaire midi pile.

Le cap change pour passer NO, le vent est de trois quart face maintenant. La circulation est un peu plus dense. Le soleil est de sorti, je mets de la crème solaire. Nous commençons à longer la côte. Nous apercevrons la mer à hauteur de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Les jambes tournent plutôt bien malgré le vent. Beauvoir-sur-Mer est déjà là, il est 15H51 quand nous pointons au bar.

Pont de Saint-NazaireVent de face nous avançons direction Nord. J'ai fait un tracé qui évite la D213 qui est une 2x2 voies, une horreur. Je l'avais prise avec Didier lors du premier 1000 de Ménigoute en 2011. Cette année là nous allions dans le sens inverse et de nuit. J'ai donc le plaisir de franchir le pont de Saint-Nazaire de jour et étonnement sans vent ! Une fois sorti de la zone industrielle nous nous retrouvons à l'abris dans le Parc Naturel de Brière. Ca fait du bien de rouler au calme. Toujours en bonne forme nous arrivons à La Chapelle-des-Marais à 19H45. Le seul commerce ouvert est une restaurant, 3€ le coca ça pique. Je pense me mettre à l'alcool ça reviendra moins cher...

Après avoir cassé une croûte nous repartons. La moitié du brevet est faite, il faudra bien gérer la nuit. En parlant de nuit nous nous sommes équipés lors du contrôle. La forêt nous abrite encore quelques kilomètres et nous retrouvons le vent qui cette fois est latéral puisque nous avons mis cap à l'Est. Le profil change aussi légèrement avec des bosses qui font plus ou moins mal. La nuit nous enveloppe peu à peu, la température reste agréable. C'est dimanche depuis 5 minutes, Grand-Auverné est désert.

Moi au petit matinOn se refroidit vite immobile, la pause à donc été courte. Nous repartons et faisons moins de 10 kilomètres car Christophe à envie de dormir. Gérard se joint à nous. Nous trouvons un coin d'herbe à La Poitevinière. Je règle le réveil à 2H30 pour dormir une heure. Nous ne sommes pas trop abrité du vent mais je m'endors rapidement alors que je n'en ressentais pas le besoin. Pouaa le réveil est difficile, je suis complètement cassé. La mise en route est très difficile, plus de jus, alors qu'avant de dormir ça allait bien. Je vais avoir 3H de galère à encaisser. J'ai plus que hâte que le jour se lève et remette mon cerveau dans le bon sens. Saint-Germain-sur-Moine est pour moi au bout du monde, que le chemin a été long... 57 km en 4H, il est 6H28. Gérard parti en éclaireur à trouvé une boulangerie et nous offre un croissant. Avant de repartir Sylvain nous rejoint, il s'est trompé de route et n'a pas dormi.

Saint-Pierre-du-CheminLe vent à dû tourner car il nous fait encore des misères. Mortagne-sur-Sèvre marque un changement radical de profil, les bosses vont s'enchainer sans arrêt jusqu'à Ménigoute. Comme prévu le soleil me redonne de l'énergie, la tête et les jambes sont de nouveau connectés. Christophe à une fois de plus une fuite à l'arrière (dois-je préciser au niveau de la chambre à air ?), cette fois-ci changement de chambre et de pneu pour être tranquille. En tenant son vélo je me suis senti très mal, plus de force. Sûrement une hypo, je m'assois et j'avale une dosette de lait concentré. Quelques minutes plus tard ça va nettement mieux. La matinée est bien passée, à midi moins le quart nous pointons une dernière fois au contrôle de Saint-Pierre-du-Chemin. On fait le plein dans le cimetière, puis une pause pique-nique bien méritée. J'en profite pour alléger ma sacoche de mes 500g de salade de pâtes.

Revigorés, nous reprenons la route pour finir ce brevet. A partir de Neuvy-Bouin, le retour est le même que sur le 1000 de l'an dernier. Je suis satisfait de la gestion de ce 600 qui c'est bien déroulé. La nuit est toujours délicate, je commence à avoir l'habitude. Nous arrivons à Ménigoute à 16H09. La qualif est en poche, vivement le 16 août pour prendre le départ. Bravo à Christophe qui pourra participer à son premier PBP !

Le diaporama

sans nom