BRM 400 km Ménigoute - Saison 8

Depuis 8 ans maintenant ma fille m'accompagne pour m'aider, le temps passe si vite... Sur les 20 participants à ce brevet, 19 étaient au départ du 300. Les prévisions météo alimentent les conversations, nous verrons bien...

Contrôle ThouarsA l'heure prévue le groupe s'élance sur ce 400. Je m'étonne que personne ne soit avec moi, je modère mon allure. Après quelques kilomètres Thierry et Maurice font la jonction. Thierry à eu des problèmes de GPS dès le départ le contraignant à quelques bidouillages. Maurice lui a un problème de sacoche qui frotte sur sa roue arrière. Le rythme s'accélère, je ne m'aperçois pas que Maurice n'est plus là. Juste avant La Ferrière, Taoufik nous à rejoint. Il a dû appuyer fort car nous ne bricolons pas ! Parcours très roulant (il le sera sur l'ensemble du parcours, je me faisais la réflexion que si les vélomobiles étaient venus, ils auraient beaucoup apprécié cette boucle). Nous filons désormais à 3, on roule fort aidé par le vent. Nous sommes à Thouars à 18H11 (ouverture contrôle 18H01) fallait pas aller plus vite !! Arrêt très court le temps de pointer et de passer un coup de fil à mon épouse. Nous ferons un "arrêt technique" à la sortie de la ville.

Contrôle ChemilléThierry m'annonce qu'il voudrait bien manger un peu avant la nuit. Je ne suis pas très emballé car les longs arrêts ne me sont jamais bénéfiques. Mais Thierry est malin car il a noté le numéro de la pizzéria. Taoufik étant partant nous passons commande sur la route. Les pizzas seront prêtes pour 20H05, va pas falloir chômer ! Nous sommes toujours sur un train rapide. Pas de problème notoire sur cette portion, mis à part un peu de circulation. Nous arrivons à Chemillé 5 minutes en retard... je lis la déception sur le visage du pizzaïlo ! Non je déconne, les pizzas sont prêtes et encore chaudes. Le temps de manger et de se préparer pour la nuit, l'arrêt s'est prolongé...

Après 35 minutes nous reprenons la route. J'ai froid, il me faut un bon moment pour me réchauffer. La nuit est tombée, Taoufik n'est plus dans nos rétros. Nous poursuivons donc notre route en duo. Nous gardons une bonne allure. Pour l'instant nous n'avons pas eu une goutte de pluie, j'espère que ça va durer. Les kilomètres défilent, nous arrivons à Feneu à 22H51. Un bar est ouvert (dommage pas de tampon), je prends un coca. Un jeune (que je soupçonne ne n'avoir pas sucé que de la glace dans la soirée) vient nous raconter son voyage vers la Pologne à vélo. Un périple né lors d'un apéro avec ses amis de la paroisse, une histoire sur fond de JMJ. Bref un peu décousu le propos de ce jeune homme... Nous prenons congé avant "le quart d'heure" nom de ce bar.

Contrôle NoyantCe sont de très longues lignes droites, avec un revêtement parfait qui nous attendent sur ce tronçon. Pas de difficulté particulière, nous roulons toujours très bien. Météo toujours au top, rien de plus à demander. Nous arrivons à Noyant à 1H21. Petite pause casse-croûte.

Il nous faut refaire les niveaux d'eau, nous sommes en quête d'un abreuvoir. C'est 5 kilomètres plus loin à Breil que Thierry repère une borne fontaine. Nous sommes tranquille jusqu'au bout. Mon coup de pédale n'est plus aussi efficace, je passe beaucoup moins devant. Mais Thierry est en grande forme, je m'accroche à son pneu arrière ! A 4H41 nous arrivons à Richelieu. Je tire le dernier sandwich de ma sacoche.

ArrivéeJ'ai hâte que le jour se lève car je sens que le sommeil me guette. Dans la descente de Monts-sur-Guesnes, je commence à m'endormir un peu. Thierry lève le pied car je n'arrive pas à recoller. Nous discutons ce qui permet de faire passer ce coup de mou. A Mirebeau le jour est presque levé, je vais nettement mieux. Nous allons "bourrer" pour essayer d'atteindre Ménigoute avant 8H. Nous roulons presque aussi fort qu'au départ !! Je connais parfaitement la route de Ayron jusqu'à l'arrivée, quelques bosses et de bonnes portions plates. Je connais aussi le redoutable "finish" de Thierry (mes jambes se souviendront longtemps du final de la Flèche Vélocio 2017). Dès Benassay je sais que ce petit challenge sera réalisé. Finalement nous arrivons à 7H51 !!

Je suis plus que satisfait. Je n'étais jamais revenu si tôt d'un 400. Il faut dire que le parcours s'y prêtait à merveille. Associé à une météo parfaite (juste une averse sur les 2 derniers kilomètres) et surtout à un Thierry en grande forme. Tout était réuni pour faire bonne "balade". Il faut en profiter car les astres ne seront pas toujours aussi bien alignés...

Le diaporama

sans nom