BRM 400 km Ménigoute - Saison 4

Serge et LéaneUn départ classique en milieu d'après-midi pour ce 400 où 13 participants sont au rendez-vous. L'ambiance est détendue comme d'habitude. Cette fois-ci Léane participe au départ et elle a eu l'idée d'offrir quelques chocolats glanés la semaine dernière.

Tout le monde est prêt, le soleil est présent, à 16H nous nous élançons. Cap au sud poussé par le vent, il faut en profiter. C'est ce que nous faisons. Une fois passée La-Mothe-Saint-Héray ce sont des routes rectilignes que nous empruntons. Il y a pas mal de circulation, nous roulons en file indienne ce qui ne favorise pas les discussions. C'est un groupe habituel je dirai, composé de Didier, Serge, Régis et moi-même. Avec en plus Christophe, déjà présent sur le 200 qui tente son premier 400. A 19H12 nous arrivons au premier contrôle, Villefagnan. Un petit arrêt dans un bar, je prend un coca qui je l'espère m'aidera en début de soirée.

Contrôle VillefagnanLe groupe repart. Après Ruffec nous retrouvons des routes plus calmes. Vers 21H30 nous faisons la pause "équipement de nuit" et casse-croûte sur le pouce. La nuit s'installe accompagnée d'une baisse de température, c'est largement supportable. Je me demande si je passerai la nuit sans dormir, c'est la loterie cette histoire avec moi. J'ai pris mon sac de couchage au cas ou. Pour le moment pas de signe de sommeil. 23H23 le contrôle 2 est là, je pointe les cartes de mes compagnons de route, aucun commerce n'est ouvert.

Cet arrêt m'a vite refroidit, il faut rebrancher le chauffage. Si depuis le départ le parcours était assez roulant, ça devient un peu plus accidenté. Nous progressons régulièrement dans cette nuit étoilée. Je me sens relativement bien et toujours pas de coup de fatigue. Je ne baille pas c'est bon signe. A 2H36 nous sommes rendu à Thiviers, comme à Javerlhac je pointe les cartes.

La portion qui vient est la plus difficile du brevet. C'est aussi la remontée plein Nord, le vent est tombé et c'est tant mieux. C'est donc un enchaînement de bosses que nous ne voyons pas mais que nos jambes sentent. Nos dérailleurs s'en souviendront... A Saint-Junien (je crois) nous retrouvons 2 Alain pour le prix d'un. Je les croyais loin devant. Une boulangerie est ouverte j'y fais un saut. Le jour est tout juste levé quand nous arrivons à Brigueil, il est 7H11, là c'est une boucherie que nous trouvons. Nous y pointons et en guise de petit dèj je m'offre une part de pizza chaude !! A noter cette très sympathique adresse (boucherie de l'église à Brigueil) et la gentillesse de ce boucher.

Boucherie de l'église à BrigueiLe plus dur est passé ! Je suis étonné et content d'avoir tenu les yeux bien ouvert durant toute la nuit. Je craignais aussi le froid mais finalement c'est de 5 à 6H que j'en ai souffert le plus. Une bonne nuit blanche pour moi. Nous filons désormais sur Gençay. Régis à retrouvé ses jambes de 20 ans et prend de l'avance, nous ne le reverrons pas. Le soleil se lève en même temps que le vent qui reste tout de même modéré. Nous l'avons 3/4 face. Nous sommes donc 3 à rouler car Didier c'est arrêté dans la nuit pour essayer de dormir (j'apprendrais à l'arrivée qu'il n'a pas pu, difficile nuit pour lui). Nous pointons à 11H24 dans une boulangerie de Gençay.

Un cookie et un éclair à je ne sais plus quoi me fourniront l'énergie nécessaire pour rallier l'arrivée. Je connais bien le final qui est sans grande difficulté et le vent devient favorable. Nous arrivons à 13H59 à Ménigoute. Bravo à Christophe qui bouclait son premier 400.

En bref, un brevet qui c'est très bien déroulé pour moi, la forme est bien là. La préparation pour le prochain 1200 (Ronde Aliénor d'Aquitaine) prévu début juillet n'est pas encore finie la route est encore longue...

Le diaporama

sans nom