BRM 200 km Ménigoute

C'est en tant qu'organisateur et participant que j'aborde ce 1er acte de la campagne de qualification au Paris-Brest-Paris 2011. Nous arrivons avec Nicolas à 6H pour préparer l'accueil des randonneurs. L'heure passe vite avec la remise des cartons, les explications et un peu de papotage quand même. Nous serons donc 18 partants (3 inscrits, 14 pré-inscrits et 1 sur place), à 7H pétante je donne le départ de ce premier brevet ménigoutais ! Le départ en vidéo.

La carte interactive

Moins de 2 kilomètres après le départ, un scud nommé Lamouller Loïc nous dépose, impressionnant ! Un groupe de 10 unités se forme, l'ambiance est détendu. Le vent est avec nous, le temps est clair, une bonne journée s'annonce. J'ai le temps de discuter avec Sébastien alias Popiette sur le forum, il est très sympa mais tête en l'air (il a oublié ses clés de voiture sur sa portière, Nicolas les récupèrera). Nous voilà déjà à Sauzé-Vaussais, il est 9H, un coup de tampon dans une boulangerie et c'est reparti.

Contrôle de Saint-ClaudLe vent commence à être de coté, il est assez fort, le retour s'annonce difficile. Notre groupe est réduit à 8, ça roule fort pour moi mais les jambes sont là. La route menant à Saint-Claud est pénible, je l'avais remarqué lors de la reconnaissance faite l'année précedente. Nous sommes 6 au contrôle, nous cassons la croûte. Emmanuel l'ami de Sébastien arrive peut après, ils décident tout deux de prolonger un peu plus la pose.

Nous repartons à 5, Régis et Claude du CSC Vouillé, Bernard de Tours et Didier de Loudun. Le vent est de face, ça souffle vraiment fort. Le relief est relativement plat, les abris sont rare. Ca discute moins, tout le monde est dans sa bulle pour lutter contre le vent. Civray est vite atteint, il n'y a que 35 kilomètres entre les 2 contrôles. Nous pointons dans un restau ou personne ne nous remarque, nous utilisons le tampon sans demander et repartons ni vu ni connu.

A l'arrivéeJ'ai un bon coup de moins bien pendant une bonne heure juste après l'arrêt contrôle, le groupe m'attend, c'est sympa ! Je me planque dans les roues et me refais une santé le temps de digérer le très bon phare aux pruneaux qu'ont cuisinées mon épouse et ma fille. Encore une heure face au vent et Ménigoute se profile devant nous, il est 16H05. C'est le BRM 200 le plus rapide jamais réalisé pour moi.

Côté organisation tout c'est bien passé, tous les partants sont arrivés à bon port et dans les délais.

Le diaporama (désolé les photos ne sont pas d'excellentes qualités)

sans nom